Archives de l’auteur : admin

Discours lors de ma démission du Conseil municipal le 15 décembre 2015

M le maire,

Mmes, Mrs les élus,

Mmes, Mrs,

J’avais annoncé à mon groupe et à quelques personnes que je démissionnerai après les élections régionales et le Conseil Municipal de décembre.

Je vous informe donc que je démissionne du Conseil Municipal et du conseil communautaire de la Communauté de Commune Pays des Sorgues Monts de Vaucluse à la date du 17 décembre qui est  la date de fin de mandat à la Région…et hasard de calendrier… 22, 5 ans après mon premier conseil municipal.

Après 22 ans et demi ininterrompus de mandat, après avoir assuré un temps de transition, il me semble sage de me retirer et de laisser la place au suivant de liste, fier du devoir accompli pendant toutes ces années…

Je continuerai de suivre ce qui se passe dans notre commune et de soutenir le groupe Dynamique et solidaire.

En l’occasion de cette démission du CM, je voudrais saluer les élus et remercier les agents avec qui j’ai travaillé toutes ces années.

Et dire à tous que les enjeux des prochaines années sont énormes.

Affirmer, comme certains le font de façon irresponsable, qu’on peut affronter un monde bouleversé en restant replié sur soi, sur son passé, ses préjugés et le rejet de l’autre est pire que mentir : c’est trahir.

En vivant à court terme, en fondant notre développement sur l’exploitation à outrance de matières premières dont nous privons les générations futures, sur le massacre de la faune et de la flore, en polluant l’atmosphère, en déréglant le climat, en misant prioritairement sur une énergie et des armes nucléaires de plus en plus difficiles à contrôler, en instaurant l’espionnage généralisé via internet, nous nous mettons en grand danger.

Nous devons également accepter le fait que la croissance se heurte à des limites physiques, les ressources de la planète connaissent leur finitude, et que donc un retour à la croissance que l’on a connu n’est ni possible et encore moins souhaitable.

Nous devons en tirer les conséquences et construire de nouveaux modèles durables, à la fois locaux, et résilients. Vivre mieux et non moins bien, de manière plus sobre, plus durable, plus respectueuse, plus heureuse aussi.

Au moment où la COP 21 vient de se terminer sur un accord à minima, je suis certain que le changement climatique demande un changement de société : on n’en fera pas l’économie.

D’où l’importance du projet pour notre commune, d’où l’importance de l’engagement des citoyens : cela passe par plus de démocratie, par plus de service public, par plus de solidarité, par le respect des trois termes de notre devise, lesquels sont inséparables : liberté, égalité, fraternité mais aussi par la laïcité…

Face au pessimisme ambiant, qui sert ceux qui ont intérêt à ce que rien ne change, empruntons un autre chemin : celui de l’espérance.

Bonne continuation à vous tous pour le bien de tous nos concitoyens.

Et bonnes fêtes de fin d’année.

 

Mon intervention lors du Débat d’Orientation Budgétaire 2016

M. le maire,

L’an dernier lors du DOB 2015, je terminai mon propos par ces mots :

« Oui, en conclusion, au Thor, les plus démunis et les agents vont payer votre politique et vous allez endetter Le Thor.

Il s’agit bien là d’orientations clairement anti sociales. »

Les orientations budgétaires que vous nous présentez à travers ce débat démontrent mes propos de l’an dernier.

Vous vous êtes engagé à ne pas augmenter les impôts, ce que vous faites pour le moment, en contrepartie vous augmentez les tarifs.

Au lieu de la solidarité citoyenne et communale, au lieu d’un développement et d’une amélioration des services publics, vous préférez faire payer les services aux thoroises et thorois et notamment aux familles, à ceux qui ont des enfants, bref aux ménages les plus fragiles et les plus démunis qui n’auront d’autres choix pour certain d’enlever leur enfant de la cantine ou de ne pas les envoyer dans un accueil collectif ou un accueil jeunes.

Nous avons compris que c’est ce que vous voulez quand vous dites avec un certain cynisme : Un meilleur ajustement des prix permettra de mieux valoriser les prestations de la commune, d’augmenter marginalement nos recettes et de réguler une demande parfois trop forte.

Il se peut qu’un jour non seulement vous fassiez payer au prix forts tous les services de la commune, mais que vous augmentiez aussi les impôts à moins que vous ne sacrifiiez des pans entiers de la solidarité communale à travers la disparition des services publics.

Cette politique à un nom, c’est du néolibéralisme et c’est le contraire de la solidarité.

Si on analyse en détail votre document on se rend compte que vous annoncez beaucoup en disant que le freinage de la progression des dépenses sera dépendant de réformes et d’une rationalisation des structures de fonctionnement des services communaux.

Mais la suite de la lecture de votre document montre que vous n’êtes pas à la hauteur de cette déclaration.

Nous comprenons bien que le personnel va supporter des charges de travail importantes qui auront des conséquences sur le service public à la population.

Mais finalement en conclusion du chapitre 1, vous rappelez l’objectif initial en écrivant : Les ambitions en termes de programme ne peuvent qu’être adossées à une rénovation indispensable de la gestion communale.

Il s’agit là d’un principe de communication bien connu.

Mais en vrai, concrètement, cela veut dire quoi ?

Qu’allez-vous enlever ?

Car ce que vous annoncez comme maitrise des dépenses de fonctionnement ne suffit pas, si on se place dans votre logique.

Alors quoi ?

Plus précisément concernant les associations, elles apprécieront de voir leur subvention diminué de 10 % pour participer de leur plein gré au redressement des comptes de la commune, ce que vous dites dans la DM4 que nous venons de débattre : plusieurs associations, conscientes de la situation financière, ont décidé de ne pas solliciter de subvention de fonctionnement cette année.

Vous nous direz lesquelles ?

Je vois d’ailleurs dans l’assistance des présidents d’associations certainement volontaires pour une baisse de la subvention de leur association. Les volontaires n’ont qu’à lever le bras.

Concernant le syndicat mixte de gestion de l’école départementale de musique et de danse du Thor, (nous avons posé une question orale à ce sujet mais on peut en parler maintenant), quel est son avenir ?

D’autant qu’il semblerait que les financements du CD soient remis en cause.

On se félicite que les réserves engrangées dans le mandat précédent permettent de baisser un peu la subvention du CCAS : espérons que cela suffise.

Concernant la relance de l’investissement, là aussi vous en parlez beaucoup mais nous ne voyons rien venir.

Vous dites : Ceci a permis d’engager, outres les travaux habituels, de grands travaux qui se poursuivront en 2016 à savoir :

– la rénovation du beffroi (350 000 €),

– le déménagement du Centre Communal d’Action Sociale,

– la création d’un City Park comprenant un Skate Park mais également des équipements d’athlétisme,

– et la rénovation extension de la crèche L’Arlequine.

Mais à ce jour, lesquels ont commencé ? Les études oui, mais les travaux ? Dites-nous ?…

Vous nous dites aussi que La municipalité souhaite également engager en 2016 une véritable réflexion sur le réaménagement du centre-ville avec plusieurs secteurs : la rue de la République, les places (du fer à cheval jusqu’au chasselas), le centre ancien et le pôle gare.

Pourtant une longue réflexion a été menée dans le mandat précédent sur ce sujet, inscrit dans le PAS Région.

Pour ne pas avoir poursuivi ce projet la commune a perdu beaucoup de temps et de subvention qu’elle ne retrouvera pas de sitôt.

Nous verrons donc bien lors du compte administratif, toutes choses égales par ailleurs, à quel niveau les réalisations effectives, qui comme vous le dites, devraient dépasser en exécution au moins les 2 M d’euros, seront réellement.

Car effectivement le financement des travaux devra en premier lieu être apporté par les ressources propres de la commune. Oui, mais pour 2016 et les années ultérieures, la capacité à dégager un excédent des recettes de fonctionnement sur les dépenses de fonctionnement sera problématique. Toutefois, cet excédent est le seul levier permettant l’accès à l’emprunt.

Ce qui nous ramène à vos grandes déclarations du début :

Dites-nous quelle rénovation indispensable de la gestion communale nous proposez-vous ?

La liquidation des services publics pour tous par exemple ?

C’est ça qui aurait été intéressant de lire dans un débat d’orientations budgétaires.

Las, vous n’en dites rien.

Mes commentaires aux réponses de Monsieur le Maire suite aux questions posées par les élus du groupe Dynamique et Solidaire lors du Conseil municipal du 15 septembre 2015.

Question n°1 :
Le soir du 13 juillet, le bal a eu lieu place du fer à cheval loin des bars et des commerces alors qu’il y a une piste de danse place du 8 mai et du 11 novembre.
Du coup les deux bars et la pizzéria ont baissé leur rideau en signe de protestation.
Par ailleurs la Présidente du Comité des fêtes a démissionné.
M le maire, voyez-vous un rapport de cause à effet entre ces événements ?

Réponse de Monsieur le Maire :
La présidente du Comité des fêtes démissionnaire a pris soin de donner par écrit les raisons de sa démission. Elle a eu l’opportunité de prendre un emploi à temps plein qui nécessitait un investissement incompatible avec une fonction de présidente du Comité des Fêtes

Commentaire :
Madame la Présidente a eu l’opportunité de prendre un emploi à temps plein, nous sommes sincèrement heureux pour elle.
Mais à ce jour (18 octobre 2015), M. le vice-président, Mme la secrétaire et Mme la trésorière ont, eux aussi démissionné, soit 4 membres du bureau sur 5 !
Ça fait beaucoup. Il doit y avoir une cause à effet entre l’autoritarisme, le dirigisme du maire et de certains élus et ces démissions.
De plus, lors d’une Assemblée Générale, une nouvelle présidente a été élue ainsi qu’une secrétaire. Las, cette élection est fortement contestée.
Il semble évident que M. le maire qui avait dit d’entrée son aversion pour la démocratie participative préfère la manière forte et le passage en force. Enfin, comme dit Charles Rostang sur le site du Comité des fêtes « Ambiance thoroise » : « Je suis très content de voir renaître un comité des fêtes dynamique qui va redonner une vie active et une nouvelle image de notre village. Bon courage à tous les bénévoles. ».
Effectivement, du courage, il en faut. Quelle ambiance !

Question n° 2 :
La rentrée a eu lieu et les activités périscolaires vont reprendre. Lors de la précédente année scolaire, vous vous étiez engagé à ce qu’il y ait une rotation des plages consacrées aux TAP entre les trois écoles ; cela n’a pas été le cas ! Qu’en sera-t-il cette année ?

Réponse de Monsieur le Maire :
Les activités périscolaires ont repris depuis 10 jours maintenant. En 2014, nous nous sommes engagés à réaliser une consultation des écoles sur l’aspect de la rotation des plages hebdomadaires des TAP. Ceci a été réalisé démocratiquement, et par un vote dans chaque conseil de classe, courant du second trimestre. De façon majoritaire, les écoles ont retenu un non changement pour 2015/2016. Nous avons tenu à respecter ce vote.

Commentaire :
Qu’en pensent réellement les parents d’élèves ?

Question n° 3 :
Le très gros orage du 23 août a provoqué une inondation impressionnante de la chaussée sous le tunnel ferroviaire de la route de Cavaillon dont les conséquences auraient pu s’avérer dramatiques : pourquoi les pompes n’ont-elles pas été activées ?

Réponses de Monsieur le Maire :
Il convient de rappeler que lors du gros orage du 23 août dernier, il est tombé sur notre commune plus de 90 mm d’eau en moins de 90 minutes. Il s’agit d’un phénomène tout à fait exceptionnel.
Durant plus de trois heures, l’électricité d’une dizaine de communes aux alentours a été coupée. Ceci a eu pour conséquence un arrêt des pompes de relevage qui fonctionnaient, et donc a créé une accumulation d’eau sous le tunnel du chemin de fer, route de Cavaillon. Les pompes de relevage ne sont pas asservies à un groupe électrogène, et nous n’envisageons pas de le faire.

Question n° 4 :
Nous n’entendons plus parler du projet d’extension de l’EHPAD de notre commune, comprenant une unité Alzheimer. Celui-ci serait-il abandonné ?
Lors du mandat précédent, ce projet tenait à coeur à Mme BIHEL. Elle n’avait jamais de mots assez durs pour dénoncer les lenteurs de l’opération qui aura demandée au directeur de l’époque des mois de travail.
Nous souhaiterions, Monsieur le maire, que vous nous présentiez les initiatives que vous avez prises depuis avril 2014 pour faire avancer ce très important dossier de l’EHPAD.

Réponses de Monsieur le Maire :
Le projet d’extension de l’EHPAD, dont vous parlez, n’a pas pu voir le jour durant toute votre présidence de l’établissement. C’est donc à très juste titre que Mme BIHEL a dénoncé les lenteurs de ce dossier. Le non aboutissement de ce projet fut lié à son incohérence :
– En terme de dimensionnement (beaucoup trop important et limite gigantesque).
– En termes financiers puisque plus de 7 millions d’euros auraient été nécessaires pour le mener à bien.
– En termes d’incidences sur le prix de journée des pensionnaires.

L’Agence régionale de la santé et le Conseil général ont clairement indiqué leur opposition à ce projet. Le projet de l’unité Alzheimer n’a donc pas abouti, ce qui est regrettable.
L’EHPAD a connu, de plus, une absence de directeur durant 6 mois en 2014.
Depuis la nomination du nouveau directeur, en fin d’année 2014, nous avons revu complètement le projet de l’établissement. Deux audits (internes et externes) ont été réalisés et un nouveau projet d’établissement est en cours de finalisation afin de redonner une dynamique à notre maison de retraite. Le conseil d’administration, tenue en juin dernier, a validé ces projets.
L’unité Alzheimer verra le jour courant décembre de cette année 2015, au premier étage de l’établissement par une réaffectation des espaces. Les personnels affectés à cette unité sont en cours de formation.
Votre question me donne l’occasion de louer le travail de l’équipe d’encadrement sous la direction de Dominique CHARLIER avec qui nous travaillons en étroite collaboration et dans un climat de confiance.

Commentaire :
Tous ceux qui ont travaillé longuement sur le projet d’extension apprécieront de savoir que leur projet était « limite gigantesque ». Du coup, l’EHPAD du Thor qui avait perdu 40 lits suite à la fermeture du foyer logement, pour des raisons de sécurité, ne les retrouvera pas. Avec le projet défendu par Monsieur le Maire, notre EHPAD, d’une part, ne pourra pas proposer un service avec un suivi médical plus important, d’autre part ne créera pas d’emplois supplémentaires sur notre commune.

Question n° 5 :
Les Thorois le disent et vous l’écrivent : le centre-ville du Thor n’est plus nettoyé régulièrement comme il l’était auparavant. Vous avez fait campagne sur la propreté de la ville mais il semblerait que les méthodes que vous utilisez soient peu efficaces. Quelles mesures comptez-vous prendre pour mettre un terme à cette situation ?

Réponses de Monsieur le Maire :
La question du nettoyage des rues de notre commune est assez récurrente. Certains se souviennent des problèmes rencontrés et non solutionnés il y a quelques années.
Conscients des besoins, nous avons décidé de recruter un encadrant du service voirie qui a été sélectionné et sera opérationnel courant octobre 2015. La mission première de cet encadrant sera effectivement de revoir les méthodes qui sont en place depuis plusieurs années et qu’il convient de modifier.

Commentaire :
Il y a quelques années, les rues du Thor étaient propres. Des moyens conséquents avaient été déployés afin d’assurer un nettoyage régulier des rues de notre commune et notamment du centre-ville. Il semble que ce ne soit plus le cas.

Intervention en Conseil municipal du 15 septembre 2015 sur la question des migrants.

Pour ne pas mourir de honte, la France ne peut laisser mourir des personnes réfugiées, notre commune non plus quand des pays plus pauvres que nous font des efforts important actuellement.

De plus il est évident qu’on ne demande pas ses papiers, ni sa religion à quelqu’un qui se noie : on le sauve d’abord.

C’est pour cela que fidèle aux valeurs de la république, à la devise de notre pays liberté égalité fraternité mais aussi à la morale, aide ton prochain, à l’esprit de la révolution française (tout homme est un citoyen) et tout simplement à la tradition française d’accueil des réfugiés, il est tout à l’honneur du Thor d’accueillir dans la dignité, la tolérance, sans discrimination, dans le respect de la loi, des réfugiés. Et c’est l’occasion de remercier également tous les thorois qui proposent d’accueillir des réfugiés.

Comme beaucoup de nos concitoyens thorois, certains d’entre nous, ici ce soir autour de cette table, sommes issus de parents réfugiés : que ce soient des arméniens, des italiens, des espagnols ou des boat people asiatiques.

Il est donc naturel que cet accueil se perpétue.
L’histoire de l’humanité n’est que l’histoire des migrations, depuis toujours. L’humanité s’est construite de cette façon : par la rencontre des cultures différents.

Le Conseil régional PACA, seule Région en France à ce jour, s’est réunie hier en assemblée plénière extraordinaire pour affirmer sa solidarité et dire « nous sommes tous méditerranéens ».
Un numéro d’appel d’urgence a été ouvert : 04 91 57 55 55 chacun peut appeler pour se renseigner.

Une enveloppe de 3 millions d’euros a été voté pour conduire l’ensemble des actions qui répondent aux interventions votées notamment soutenir directement ou indirectement dans le cadre de ses compétences, les communes volontaires comme villes refuges.
Mais aussi pour interpeller l’Europe sur sa responsabilité notamment en réaffectant un certain nombre de fonds européens non engagés.

En disant également que les migrations climatiques ont déjà commencé, souvent à l’intérieur des pays concernés, ce qui fait qu’on ne s’en aperçoit peut être pas de l’extérieur. Mais elles vont prendre de l’ampleur. Que ce soit les migrations dû à la submersion des terres ou pour la conquête des matières premières dont le pétrole.
Ce qui se passe en Syrie n’est pas une guerre de civilisation.
Il faut donc une politique globale de la part de l’Europe sur ces sujets mais aussi mondial et c’est notamment le rôle de la COP 21 qui se déroulera à Paris en décembre.

Pour en revenir au Thor, un seul regret pourtant M le maire, celui que vous n’ayez pas continué de recevoir ici au Thor, comme je l’avais fait, la magnifique manifestation « c’est pas du luxe » portée par la fondation abbé Pierre qui se déroulera ce weekend à Apt. Cela aurait montré que notre commune, Le Thor, était sensible au dénuement, à la précarité de tous les hommes, qu’elle refusait toute misère d’où qu’elle vienne : chez nous en France, ou ailleurs de par le monde. Quand quelqu’un souffre, il faut l’aider.

Du coup votre solidarité s’en trouve bancale, pas vraiment universelle.

Intervention en Conseil Municipal du 7 juillet 2015 sur le PADD du PLU Le Thor

Je suis intervenu lors du Conseil Municipal du 7 juillet sur le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durables) du PLU (Plan Local d’Urbanisme) du Thor en complément du discours de Véronique Agogué Fernaillon.

« Je commencerai par remercier Fanny (du bureau d’étude) pour son intervention et pour le fait que ce ne doit pas être facile pour elle car effectivement le PADD a bien changé d’orientation depuis l’an dernier.

Nous avions eu un premier débat le 14 janvier 2014 sur le PADD. Celui présenté ce soir change d’orientation avec moins de social, moins de terres agricoles et moins de développement durable.

Je constate une diminution de l’objectif de production de logements (production d’environ 750 logements supplémentaires à l’horizon 2025) pour être en concordance avec l’objectif démographique du SCOT.
750, ça peut paraitre beaucoup mais l’objectif était de 850. Et avec 850 on avait du mal à arriver à 25% de logements sociaux. Alors avec 750, la commune n’arrivera pas à l’objectif et les thorois continueront de payer des impôts pour les pénalités dues.

Subitement apparait l’ajout d’un objectif de réserver un espace d’activité en lien avec l’agriculture proche de l’axe Avignon-Apt (RD900), au Hameau des Vignères, pour l’accueil d’activités agricoles dédiées à la recherche, au conditionnement, à l’expédition,….
Bref il s’agit d’une zone d’activité qui fera disparaitre plusieurs hectares de terres fertiles.
Ce projet n’a jamais été discuté dans la commission urbanisme.

Vous prévoyez la création d’une voie nouvelle Nord/Sud. Un projet existait il y a plus de 30 ans, il a été abandonné par mon prédécesseur qui a laissé vendre les terrains. Cette voie serait chère, elle entrainerait une importante perte de foncier agricole et la destruction de site Natura 2000 avec la construction de 2 ou 3 ponts pour enjamber la sorgue. Elle est inutile.

Vous écrivez que vous ajoutez un objectif de constituer un véritable pôle d’échange autour de la gare (gare routière, stationnement automobile et deux roues, cheminements piétons,…).
Or, ce pôle d’échange était prévu. Il n’y a pas d’ajout. D’ailleurs la commune répond à l’appel à projet de la Région concernant les pôles gares, comme nous l’avions prévu.

Par contre l’éco quartier, lui, a disparu.

Pour terminer je voudrais rappeler que Pierre Clerc avait fait une intervention pertinente l’an dernier. Je vous engage à la relire sur le site de la mairie (compte rendu CM janvier 2014). Elle est encore plus d’actualité aujourd’hui. Mais vos orientations s’en éloignent fortement.
Votre PADD nous parait d’une autre époque, passéiste pour le coup, comme dirait M. Mathieu, par manque de vision d’avenir.
Posez-vous la question : que sera votre mode de vie avec un litre d’essence à 4 euros.
Vous verrez que votre PADD ne répond pas à la question. »

Remerciements pour la remise de la médaille de
chevalier du mérite agricole, 18 novembre 2014

Remise de la medaille du mérite agricole, Jacques Olivier

Remise de la medaille du mérite agricole, Jacques Olivier

Monsieur le président, Mmes, Mrs,

C’est avec un grand plaisir que je reçois aujourd’hui cette décoration.
C’est un honneur d’être reconnu par  le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la forêt et d’être ainsi récompensé.

Je voudrais remercier l’AMOMA, à travers son Président, qui a proposé ma nomination.

L’an dernier je remettais sa médaille à notre ami René Leydier et aujourd’hui c’est à moi que l’on décerne cette médaille.

Je voudrais aussi remercier Nicette Aubert pour son discours en forme d’éloge.
Que de louanges !
En fait on devrait recevoir une médaille régulièrement pour s’entendre dire du bien de soi…

Lorsque Jules Méline devint ministre de l’agriculture, un de ses premiers actes fut la création d’une distinction spécifique, le mérite agricole, pour récompenser les services rendus à l’agriculture. Ce fut le décret du 7 juillet 1883.
Plus tard, le 5 novembre 1894, il créera les sociétés locales de crédit agricole devenu le Crédit Agricole … qui a tenu une place important dans ma vie… et Méline fait partie de mes souvenir de formation.

Je suis effectivement issu du monde agricole, d’abord avignonnais puis thorois.
Mon grand-père et mon père étaient chacun très engagé dans l’agriculture.
Sur la plaque de son camion, un Renault, était inscrit « cultivateur ».

Souvenir aussi de ma grand-mère et mon grand-père maternels, venus du Piémont et de berger devenu viticulteur.

Quand j’ai reçu mon diplôme, j’ai constaté qu’au fil du temps, il était de plus en plus petit : celui de mon grand-père était grand, très décoré, (il était encadré dans la salle à manger) celui de mon père, moitié plus petit et celui que je reçois encore plus petit.
C’est un peu comme le poids de l’agriculture dans la société française et dans notre région. Et pourtant l’agriculture c’est la base de toute société : manger est essentiel. Etre paysan est un beau métier, défendre l’agriculture une nécessité.

Mon histoire, mes convictions m’ont amené à défendre une agriculture économiquement viable, socialement juste et productrice d’un environnement de qualité,…. plus particulièrement l’AB et ce de façon volontariste… et contre les OGM de façon toute aussi volontariste.

C’est une politique que j’ai défendu, ici même, dans cet amphithéâtre de la Chambre d’agriculture de Vaucluse lorsque j’étais représentant salarié au titre de Solidaires,
Puis en tant que politique, à la Région, soutenu par Nicette Aubert que je remercie encore, et enfin dans mon mandat de maire du Thor.

C’est une politique que je continue de défendre à la Région dans le cadre des discussions sur la PAC et le FEADER. Ça avance… bien que je craigne que ce soit la nécessité qui fasse loi.
Je finirais en remerciant bien sur Danielle, ma femme.
Elle n’est pas issue du monde agricole. Depuis 37 ans, elle a appris à le connaitre.
Comme nous le savons ici, on ne peut pas être militant comme je le suis depuis si longtemps sans avoir le soutien de son conjoint.
Parfois elle en a marre, et elle le dit… mais parfois c’est elle qui me pousse !
Merci donc à elle…

Et merci à vous tous pour cette belle cérémonie.

Discours de Nicette Aubert, ancienne Vice-Présidente de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, à l’occasion de la remise de la médaille du Mérite Agricole à Jacques OLIVIER

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, mon cher Jacques.
Nous sommes réunis aujourd’hui de manière quelque peu solennelle pour honorer et décorer du Mérite agricole Jacques Olivier, mon ami Jacques.
Ainsi Jacques après ton grand-père François Olivier, après ton père ou plutôt « le père » comme tu le dis, tu vas entrer dans cet ordre du Mérite agricole.
Ordre crée en 1883 pour honorer les « personnes ayant rendu des services marquant à l’agriculture ».Il me plait à dire que dès 1884, 2 femmes reçurent cette nouvelle décoration, Marie Anne Thomas et Cora Millet.
Comme il me plait à dire que lorsque en 1963 le Général de Gaulle met de l’ordre dans « le bazar » selon ses propres termes, des ordres spécialisés, aux côtés des Arts et des Lettres, de l’enseignement, la mer, il conserve celui de l’agriculture. C’est dire la place que tient l’agriculture dans ce qui fait l’identité nationale.
Je suis d’autant plus heureuse d’être là qu’avec toi Jacques nous partageons bien des points communs.
D’abord celui, d’être toi le fils, moi la fille d’agriculteurs, d’avoir tous deux partagés le travail de la terre, d’avoir connu dans notre jeunesse, « une année bonne, l’autre non », de savoir que ce sont les femmes et les hommes qui par leur travail créent les richesses.
Ensuite d’avoir en commun cet engagement avec le monde agricole, un engagement sans flatterie, démagogie où le rapport au monde politique ne se réduit pas à des marchandages.
Ton engagement est fondé sur 3 principes : celui du respect de la dignité des femmes et des hommes, celui de la reconnaissance de leur travail, celui de considérer le monde agricole comme une des composantes essentielle de la société. A ce titre je veux souligner combien tu as participé à « ce que la question paysanne » et son avenir deviennent de vraies questions qui interroge au présent et pour demain l’ensemble de la société.
Enfin d’avoir en commun travaillé à la construction d’une nouvelle politique agricole au niveau régional.
Une politique fondée sur la mise en œuvre d’une vision nouvelle.
Je dois à la vérité, de te dire Jacques, combien alors que j’étais vice-présidente du Conseil régional, chargée de l’agriculture et de la forêt, ton arrivée comme président de la commission fut pour moi, un véritable bol d’air, toi qui venait avec toute ton expérience de la vie associative, tes engagements entre autre contre les OGM, toi porteur des questions d’énergie, de dimensions environnementales.
Toi Jacques avec ton engagement syndical, vrai, sincère, qui t’a conduit à participer à la création et à la vie de SUD.CAM avec une double responsabilité celle de la commission « banque finances » et celle des relations avec la Confédération paysanne ; engagement syndical qui aussi t’a valu d’être membre de la Chambre d’agriculture et de la MSA.
Toi Jacques avec ton engagement dans la vie politique, où dans ton mandat de Maire du Thor tu as porté des idées de progrès, de solidarité et posé des actes forts comme celui de Commune sans OGM.
Ainsi avec nos expériences, nos analyses, nous visions à avancer dans la voie d’une politique agricole répondant mieux aux besoins du moment, des exigences d’avenir.
Depuis longtemps je m’interroge sur les réponses à apporter à l’analyse et aux propos de Karl Marx : » Chaque progrès dans l’agriculture capitaliste est un progrès non seulement dans l’art d’exploiter le travailleur, mais encore de dépouiller le sol. Chaque progrès dans l’art d’accroître sa fertilité pour un temps, un progrès dans la ruine de ses sources durables de fertilité »
Toi, tu reprenais le questionnement avec Pierre Rabhi «  ne pouvant produire sans épuiser, détruire et polluer, le modèle dominant contient en fait les germes de sa propre destruction et nécessite d’urgence des alternatives fondées sur la dynamique du vivant ».
Ensemble nous avons travaillé, nous avons rencontré les femmes et les hommes qui font l’agriculture aujourd’hui, nous avons échangé autour de cette question de civilisation qu’ils vivent au quotidien.
Nous l’avons fait avec la volonté de construire en commun, non pas dans un consensus mou ou en imposant, mais avec l’idée que les différences d’approches ne sont pas des obstacles à condition de les assumer dans un projet commun porteur de l’intérêt général.
Là encore ton expérience, ta loyauté, ton sens du bien commun nous ont permis d’avancer.
Et je voudrai souligner comment la dimension du travail humain et son rapport à l’environnement a été prise en compte, en refusant l’opposition agriculture, préservation de l’environnement pour mettre en œuvre au niveau régional une agriculture productrice d’un environnement de qualité au travers de pratiques alternatives.
Loyal, inventif et disponible pour les autres ainsi est Jacques Olivier. Je n’aurai garde d’oublier une de ses qualités majeures, celle de son appétit, de sa gourmandise à vivre.
Il illustre parfaitement ce que Giono disait de la vie : « la vie de l’homme est une chasse au bonheur. Parmi ces bonheurs, l’exercice de la gourmandise est un des plus importants ».
Alors en terminant, je veux dire à Danièle, à ses enfants, et peut être encore plus à ses petits enfants, Oscar, Lisa, Dante combien ils peuvent être fier de Jacques Olivier, lui dont la mère était venue de ces vallées du Piémont italien et qui comme tant d’immigrés ont apporté toute leur force de travail, leur intelligence, leur humanité enrichissant ainsi notre patrimoine national.

AU NOM DU MINISTRE DE L’AGRICULTURE, DE L’AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT NOUS VOUS FAISONS CHEVALIER DU MERITE AGRICOLE.

Intervention à l’occasion du Débat d’Orientation Budgétaire en Conseil Municipal du Thor, le 18 novembre 2014

Je commencerai en rappelant qu’en mars dernier vous avez récupéré une municipalité qui a réussi tout ce que vous dites, contrairement à la situation laissée par vos amis et que nous avons hérité en 2008. Vous avez hérité d’une situation budgétaire et financière excellente : un endettement faible, une capacité d’autofinancement importante, des taux d’imposition dans la moyenne de la strate, une trésorerie très importante. Et cela malgré un environnement économique peu favorable puisqu’à l’automne 2008 éclatait la crise économique.
Ce n’était pas le cas à notre arrivée en 2008 où la situation était très dégradé au point que nous avons vu arriver les services de l’Etat nous demandant ce que nous comptions faire pour redresser la situation sous peine de se retrouver sous tutelle.

Aujourd’hui pour votre premier budget, et donc votre premier DOB, vous semblez découvrir la réalité de la conduite d’une mairie : oui  des lois et des  règles encadrent le fonctionnement des collectivités territoriales, oui les fonctionnaires ont un statut.

Du coup, vous enfoncez un grand nombre de portes ouvertes et pour vous, rien ne va et vous vous en plaignez  : les agents coûtent trop cher, le statut des agents n’est plus adapté, l’État réduit les dotations, il y a trop d’impôts, c’est dur de maîtriser les dépenses de fonctionnement, la réforme des rythmes scolaires est une dépense supplémentaire, il va falloir supporter 2 élections, le prix de l’énergie ne cesse d’augmenter, on nous oblige de faire du logement social sinon on paie des pénalités, etc.
Toutes choses bien connues et dont il faut faire avec…même si chacun peut participer à les améliorer dans les instances adéquates.

Ainsi donc les pouvoirs publics incitent les collectivités locales à s’ajuster, par la baisse de leurs dépenses de fonctionnement. Mais pas seulement. Il y a plusieurs moyens :
Il y a l’impôt, qui pour moi n’est pas un gros mot : au contraire c’est un instrument de redistribution des richesses dans l’intérêt général, notamment des plus forts vers les plus faibles.
Il est aujourd’hui de bon ton de dire que notre pays souffre d’un poids excessif de la fiscalité. C’est purement idéologique. Dire que la fiscalité est injuste serait plus juste.
Qui paye les hôpitaux, la police, l’armée, l’éducation, les prestations sociales ?… que les Français ne souhaitent pas voir diminuer… si ce n’est l’autorité publique ? …par l’impôt.

On peut aussi se désendetter : l’Etat, la Cour des comptes le recommande fortement. Au moins une commune est endettée, au moins la commune paye d’intérêts et au plus elle a de l’autofinancement.
D’autres instruments existent : par exemple  la mutualisation des services au travers de notre intercommunalité ou de Syndicats intercommunaux.

Contrairement à votre affirmation, notre commune possède des taux de taxe d’habitation et foncière qui n’ont rien d’extraordinaires. Ils sont dans la moyenne des communes de la même taille.
Puisque plus loin vous faites la comparaison avec l’Isle sur la sorgue, faites la aussi pour les taux et les bases d’imposition. Tous les nouveaux habitants du Thor qui viennent de l’Isle savent ce qu’il en est : au Thor, les impôts ne sont pas chers ; c’est d’ailleurs en grande partie pour cela qu’ils viennent au Thor.

Ainsi vous découvrez que la maîtrise des dépenses de fonctionnement est plus ardue que prévu, (tiens donc).

Vous regrettez donc le statut protecteur de la fonction publique qui vous empêche de faire votre propre politique du personnel. Si les agents coutent trop chers : il faut le leur dire.
Vous dénoncez l’absentéisme en le qualifiant de fléau, tel une plaie dévastant les finances publiques. En tenant de tel propos, je déduis qu’il a dû y avoir en quelques mois, depuis votre arrivée, un nombre considérable d’absences des agents municipaux. Votre gestion du personnel aurait-elle des failles ? Auriez-vous trop promis aux agents que vous ne pouvez et ne pourrez tenir ? J’attends que vous disiez aux Thorois comment vous comptez enrayer ce fléau.

Vous dites que le recrutement d’un informaticien à compter du 1er novembre 2014, est quasiment neutre financièrement, sa rémunération se substituant au coût des prestations de la société de service informatique précédemment utilisée. Je suis surpris, car, voyez-vous, pendant mon mandat, j’ai fait étudier cette question du recrutement d’un responsable informatique. Cela revenait plus cher à la collectivité. Peut-être avez-vous trouvé quelqu’un qui accepte de ne pas être payé !

Dire que l’informatisation des services communaux connaît un retard considérable montre que vous n’avez pas connu la situation antérieure.
La modernisation des outils informatiques s’est faite à un rythme permettant son appropriation par l’ensemble des agents. Rappelons que les agents, avant 2008, n’étaient pas formés et travaillaient tous à l’ancienne. De grandes transformations ont été réalisées, des systèmes de fonctionnement en réseau ont été développés et le renouvellement du parc informatique s’est fait en veillant à maîtriser les dépenses et en adaptant l’outil aux besoins réels. Je rappelle que des investissements importants ont été votés pour les écoles, Le Thor ayant fait le choix d’équiper chaque classe pour faciliter l’accès des enfants à l’outil informatique, ce que beaucoup de communes n’ont pas mis en place. De très nombreux chantiers informatiques étaient en cours que vous vous contentez de reprendre.
J’attends de voir vos résultats.

Concernant les logements sociaux, heureusement qu’avec mon équipe, j’ai mis en place un plan en autorisant la construction de plus de 100 logements sociaux, rattrapant ainsi  l’inaction de vos amis au cours des 20 années précédentes.
C’est notre action, entre 2008 et 2014, qui permet aujourd’hui à la collectivité de payer moins de pénalités. Et c’est aussi notre action, dans le cadre d’une politique foncière dynamique, en partenariat avec l’Etablissement public foncier régional, qui a permis que le montant de la pénalité soit utilisé pour acheter du foncier destiné à la construction de logements sociaux.

Le résultat de cette politique sociale, claire et assumée, c’est que les Thorois ne paieront en 2015 que 90 000 euros au lieu des 450 000 euros qui nous auraient été demandés.
Je voudrais rappeler ici, devant cette assemblée, que les Thorois auraient pu économiser 10 800 euros de plus :
1. si l’OPHLM Avignon chargé de construire des logements, chemin des Estourans, n’avait pas été escroqué par l’entreprise attributaire,
2. si une procédure initiée par M. Rochette n’avait pas bloqué pendant un an le projet de Mistral Habitat, quartier Grange vieille.
J’attends là aussi que vous fassiez connaître aux Thorois votre plan en faveur du logement social.

Concernant les associations, vous dites que les subventions aux associations seront globalement maintenues, ce qui veut dire pas pour toutes les associations. Quelles sont les associations qui verront leur subvention réduite ou supprimée ?

Je voudrais dire que je regrette profondément que vous ayez mis fin au très beau partenariat que nous avions établi entre la commune du Thor et la Fondation Abbé Pierre en accueillant, ici, au Thor, le Festival « C’est pas du luxe ». Cette manifestation, comme d’autres que nous avions accueillies, constituait une vitrine nationale, voire européenne, exceptionnelle. Le repli sur soi n’est pas une politique d’avenir.

Concernant le CCAS,  la diminution de 50 000 euros de la subvention aura des répercussions importantes : quelles conséquences pour les agents ? Et pour le service aux plus démunis ? Hier soir nous n’avons pas eu de réponse claire.
Vous nous avez répété qu’il faut lutter contre l’absentéisme du personnel. Cela ne nous fera que revenir à la situation de l’an dernier. Alors, où se feront les économies ?
Sachant que les frais de personnel représentent 92 % du budget, c’est bien sur le personnel qui en fera les frais et par ricochet les services à nos concitoyens.

Sur la partie Fonctionnement, en résumé, le personnel va voir sa situation s’aggraver, vous ne renouvellerez pas les départs à la retraite, les thorois vont devoir payer plus cher les services municipaux. Vous n’allez pas dépenser plus d’argent pour mieux nourrir nos enfants avec une alimentation sans pesticide. (Le bio, ça suffit !) Et je note aussi que vous attendez des miracles de l’informatique.

Concernant la Communauté de commune, vous la concevez comme étant au service des seuls intérêts du Thor, au lieu d’être un lieu de solidarité intercommunale.

En conclusion de cette première partie, nous nous opposons à votre choix qui consiste à dire : on fait casquer tout le monde et on vire les pauvres. C’est ce que vous écrivez dans votre document : « Un meilleur ajustement des prix permettra de mieux valoriser les prestations de la commune, d’augmenter marginalement nos recettes et de réguler une demande parfois trop forte (loisirs jeunes notamment) ». Au moins c’est clair, les Thorois devront être informés.

Concernant l’investissement, il ressort de votre texte, notamment l’annexe qui est un vrai morceau d’anthologie, que vous voulez améliorer les délais de réalisation. Cela veut-il dire que vous vous passerez d’appel d’offre, d’études et de concertation avec les Thorois ?

Vous voulez aussi augmenter le montant des investissements. Mais comment ?
Vous faites le choix d’endetter fortement la commune, alors que l’Etat demande aussi que les Collectivités territoriales se désendettent.
Pour 2015, on verra bien si vous dépassez 2 M€.
Sur l’ensemble de la  mandature, vous proposez 10 M d’euros ce qui ne fait jamais que 1,666 666 euro par an, soit moins que les deux mandats précédents.

Les moyens que vous annoncez sont donc en contradiction avec ce que vous prétendez faire. Quand ils ne sont pas fantaisistes.
Par exemple, vous voulez supprimer les doublons. Qui fait doublon ?
Vous voulez éliminer les gaspillages. Pour l’information des Thorois, vous voudrez bien énumérer où se situent les gaspillages, s’il vous plaît.
Et enfin, pouvez-vous en dire plus sur les dépenses inutiles ?  Un nouveau logo par exemple ?

Pour finir, Monsieur le maire, en quelle année ont eu lieu les 3 dernières élections municipales ?  En 2014, en 2008 et en 2001 et non pas 2002.
Si vous oubliez une année de mandat pour faire vos calculs, comment y croire ?

Je constate aussi qu’il y a eu une commission des finances au CCAS, il n’y a plus de commissions des finances en mairie, même pour le DOB. C’est totalement anormal.

Oui, en conclusion, au Thor, les plus démunis et les agents vont payer votre politique et vous allez endetter Le Thor.

Il s’agit bien là d’orientations clairement anti sociales.

Non à la mégacentrale à biomasse à Gardanne

Ce dimanche 5 octobre Jacques OLIVIER était présent à Gardanne pour s’opposer à la mégacentrale à biomasse d’E-ON

Malgré un vaste mouvement de contestation citoyenne, malgré l’opposition de 400 communes dans les zones d’approvisionnement, malgré deux recours juridiques déposés contre l’autorisation, malgré les fortes critiques exprimées par de nombreux experts, syndicats forestiers, élus… la multinationale allemande E-ON poursuit ses travaux de mise en œuvre de ce projet aberrant qui transformera une partie de l’actuelle centrale à charbon de Gardanne, afin de brûler presque un million de tonnes de biomasse, majoritairement des arbres broyés en plaquettes, pour un rendement minable de 35% (le reste partira dans l’air) pour produire de l’électricité.

Ce projet qui n’est aucunement écologique recevra 1,5 milliard d’euros de subventions publiques sur 20 ans au titre du soutien aux énergies renouvelables.

Alors qu’un travail important de la part de tous les acteurs de la filière bois (Région, CG, Collectivités locales, propriétaires forestiers, ONF, syndicats…) est réalisé depuis plusieurs années pour créer une interprofession et valoriser enfin nos forêts régionales, voilà que ce projet E-ON remet en cause tout cela.

De plus cette mégacentrale à biomasse est incompatible avec l’existant : elle déstabilisera la filière bois dont l’équilibre des gros opérateurs, comme par exemple l’usine de pâte à papier de Tarascon, mais aussi l’approvisionnement des 55 chaufferies locales actuellement en service qui auront des difficultés pour trouver du bois à un prix correct.

De plus ce sont plus de 700 camions par jour qui transporteront du bois, des cendres…

Alors que la logique est à la relocalisation de notre économie, de notre énergie, une partie du bois viendra des forêts dans un rayon de 400 kms autour de Gardanne (notamment des Cévennes) mais aussi pour moitié de la forêt boréale du Canada.

Aussi plusieurs intervenants (citoyens, responsables associatifs, syndicats, élus locaux de plusieurs départements, conseillers régionaux, députés et eurodéputée) sont venus dire leur opposition à ce projet et rappeler que la solution est d’abord dans la réduction de la consommation d’énergie, dans l’efficacité énergétique, dans les énergies renouvelables, dans la filière bois locale, mais en aucune manière dans ce type de projet qui n’est là que pour le profit des actionnaires. Les salariés n’ont aucune garantie de travail même à court terme ; cette mégacentrale détruira plus d’emplois qu’elle n’en créera et la biodiversité n’est aucunement le souci de cette multinationale.

Les élus régionaux dont Jacques OLIVIER ont portés une motion contre ce projet en février dernier. Elle a été votée lors de l’assemblée plénière.

Ce dimanche 5 octobre à Gardanne, les intervenants ont demandé l’arrêt immédiat de ce projet qui est une véritable menace pour nos forêts, pour la santé publique, pour la filière bois locale.

Jacques OLIVIER

5 octobre 2014