Archives pour la catégorie Non classé

Appel des  COQUELICOTS

« Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant.

Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin,

dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles,

dans le cordon ombilical des nouveau-nés,

dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères,

dans les pommes et les cerises.

Les pesticides sont une tragédie pour la santé.

Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants,

des infertilités, des malformations à la naissance.

L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant.

Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée.

Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans;

les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards;

les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ;

les fleurs sauvages deviennent rares.

Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe,

chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive.

Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde ! »

voir sur https://reporterre.net/Nous-voulons-des-coquelicots

si vous jugez cela utile vous pouvez diffuser cet appel

   Rassemblement  à l’Isle  Vendredi 2 novembre 2018 

                                                             Halte aux pesticides

                              Pour répondre à l’  » Appel des Coquelicots » ( Voir sur internet )

                                        nous vous invitons à participer au rassemblement

                                                          Vendredi 2 novembre à 18 h 30

                                                                 Place de la Collégiale.

Nucléaire : la fermeture des réacteurs est inéluctable

Nicolas Hulot s’y est engagé : jusqu’à 17 réacteurs nucléaires doivent fermer pour appliquer la loi de transition énergétique. En demandant la fermeture temporaire de Tricastin, l’Autorité de Sécurité Nucléaire rappelle l’urgence à agir avant qu’il ne soit trop tard.

Le 27 septembre 2017, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a imposé à EDF la mise à l’arrêt provisoire des 4 réacteurs du Tricastin afin que soient renforcées les digues du canal Donzère-Mondragon qui ne sont pas suffisamment résistantes en cas de séisme. En l’état, un séisme pourrait entraîner la rupture de la digue et provoquer, comme à Fukushima, la fusion du cœur de ses 4 réacteurs.

Or des incidents sismiques ont déjà été constatés sur ce site. Malgré les alertes répétées des écologistes, il aura fallu attendre 10 ans pour qu’EDF, sur pression de l’ASN, entame un travail sur ses digues.

Alors que selon les propres dire du patron d’Areva « la rentabilité du nucléaire est en pleine érosion »; EDF persiste et signe en maintenant artificiellement la vie de cette centrale dangereuse, coûteuse et hors d’âge, le tout au frais du contribuable. Pour Sandra Regol “Alors qu’Emmanuel Macron s’était engagé à une diminution de la part du nucléaire dans le mix énergétique, alors que Nicolas Hulot s’est engagé sur la fermeture de réacteurs, rien ne semble vraiment changer au royaume de l’atome.”

L’ASN vient d’annoncer que la centrale de Chinon sera sans doute la première centrale française à démanteler un de ses réacteurs. Celui des autres vieilles centrales, à commencer par Fessenheim, est désormais inéluctable. D’ailleurs, nombre La reconversion des sites se fera dans la durée et ne pourra se passer de l’expertise et de la compétence des travailleurs du nucléaire.

Pour protéger l’emploi des personnes qui dépendent du nucléaire et protéger les populations environnantes, les écologistes proposent un contrat de Plan entre l’Etat et les régions concernées afin que les passoires nucléaires de Tricastin ou de Fessenheim deviennent pilotes, en France et dans le monde, de la maîtrise des techniques de démantèlement et de reconversion. Un contrat de plan qui ne saurait exister sans être assorti d’un volet social à la hauteur des enjeux, qui ouvre la discussion avec les travailleurs du nucléaire en leur proposant notamment la reconversion dans le secteur des énergies renouvelables.

“La dénucléarisation et la restructuration économique de ces régions dont l’économie est devenue, parfois à leur corps défendant, dépendante du nucléaire est plus que jamais un enjeu européen majeur. La transition est une nécessité pour l’indépendance énergétique et économique de la France.”rappelle Julien Bayou. Elle permettrait en outre de pacifier les relations internationales, souvent soumises aux besoins en matières premières qui n’existent pas sur notre territoire. La transition énergétique est une chance pour la France, pour l’emploi et pour une économie plus solidaire et écologique : saisissons-la avant que le pire n’advienne.

Incendie de voitures sur la place du Chasselas

On est rassuré : les caméras ont tout filmé !

 

 

Ce matin, au marché, les discussions tournaient autour de ces voitures incendiées dans la nuit de lundi à mardi.

Au printemps 2010 plusieurs voitures ont brulé dans le centre ville du Thor. L’incendiaire a été arrêté en quelques jours.

L’opposition de l’époque s’était déchaînée, proclamant que la vidéo surveillance était la solution suprême pour que cela ne se reproduise pas.

Dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 juin 2017, trois voitures ont brulé place du Chasselas, en plein centre du Thor. Comme l’a dit le maire en Conseil Municipal : « heureusement il y avait les caméras de sécurité qui ont tout filmé ! »

Est-ce que ça rassure les propriétaires des véhicules incendiés ?

Il semble en effet que ces très chères caméras n’évitent aucunement les méfaits contrairement à ce que la majorité municipale fait croire aux thorois.

Espérons que le ou les incendiaires soient arrêtés aussi vite qu’en 2010.

Remerciements pour la remise de la médaille de
chevalier du mérite agricole, 18 novembre 2014

Remise de la medaille du mérite agricole, Jacques Olivier

Remise de la medaille du mérite agricole, Jacques Olivier

Monsieur le président, Mmes, Mrs,

C’est avec un grand plaisir que je reçois aujourd’hui cette décoration.
C’est un honneur d’être reconnu par  le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la forêt et d’être ainsi récompensé.

Je voudrais remercier l’AMOMA, à travers son Président, qui a proposé ma nomination.

L’an dernier je remettais sa médaille à notre ami René Leydier et aujourd’hui c’est à moi que l’on décerne cette médaille.

Je voudrais aussi remercier Nicette Aubert pour son discours en forme d’éloge.
Que de louanges !
En fait on devrait recevoir une médaille régulièrement pour s’entendre dire du bien de soi…

Lorsque Jules Méline devint ministre de l’agriculture, un de ses premiers actes fut la création d’une distinction spécifique, le mérite agricole, pour récompenser les services rendus à l’agriculture. Ce fut le décret du 7 juillet 1883.
Plus tard, le 5 novembre 1894, il créera les sociétés locales de crédit agricole devenu le Crédit Agricole … qui a tenu une place important dans ma vie… et Méline fait partie de mes souvenir de formation.

Je suis effectivement issu du monde agricole, d’abord avignonnais puis thorois.
Mon grand-père et mon père étaient chacun très engagé dans l’agriculture.
Sur la plaque de son camion, un Renault, était inscrit « cultivateur ».

Souvenir aussi de ma grand-mère et mon grand-père maternels, venus du Piémont et de berger devenu viticulteur.

Quand j’ai reçu mon diplôme, j’ai constaté qu’au fil du temps, il était de plus en plus petit : celui de mon grand-père était grand, très décoré, (il était encadré dans la salle à manger) celui de mon père, moitié plus petit et celui que je reçois encore plus petit.
C’est un peu comme le poids de l’agriculture dans la société française et dans notre région. Et pourtant l’agriculture c’est la base de toute société : manger est essentiel. Etre paysan est un beau métier, défendre l’agriculture une nécessité.

Mon histoire, mes convictions m’ont amené à défendre une agriculture économiquement viable, socialement juste et productrice d’un environnement de qualité,…. plus particulièrement l’AB et ce de façon volontariste… et contre les OGM de façon toute aussi volontariste.

C’est une politique que j’ai défendu, ici même, dans cet amphithéâtre de la Chambre d’agriculture de Vaucluse lorsque j’étais représentant salarié au titre de Solidaires,
Puis en tant que politique, à la Région, soutenu par Nicette Aubert que je remercie encore, et enfin dans mon mandat de maire du Thor.

C’est une politique que je continue de défendre à la Région dans le cadre des discussions sur la PAC et le FEADER. Ça avance… bien que je craigne que ce soit la nécessité qui fasse loi.
Je finirais en remerciant bien sur Danielle, ma femme.
Elle n’est pas issue du monde agricole. Depuis 37 ans, elle a appris à le connaitre.
Comme nous le savons ici, on ne peut pas être militant comme je le suis depuis si longtemps sans avoir le soutien de son conjoint.
Parfois elle en a marre, et elle le dit… mais parfois c’est elle qui me pousse !
Merci donc à elle…

Et merci à vous tous pour cette belle cérémonie.

Discours de Nicette Aubert, ancienne Vice-Présidente de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, à l’occasion de la remise de la médaille du Mérite Agricole à Jacques OLIVIER

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, mon cher Jacques.
Nous sommes réunis aujourd’hui de manière quelque peu solennelle pour honorer et décorer du Mérite agricole Jacques Olivier, mon ami Jacques.
Ainsi Jacques après ton grand-père François Olivier, après ton père ou plutôt « le père » comme tu le dis, tu vas entrer dans cet ordre du Mérite agricole.
Ordre crée en 1883 pour honorer les « personnes ayant rendu des services marquant à l’agriculture ».Il me plait à dire que dès 1884, 2 femmes reçurent cette nouvelle décoration, Marie Anne Thomas et Cora Millet.
Comme il me plait à dire que lorsque en 1963 le Général de Gaulle met de l’ordre dans « le bazar » selon ses propres termes, des ordres spécialisés, aux côtés des Arts et des Lettres, de l’enseignement, la mer, il conserve celui de l’agriculture. C’est dire la place que tient l’agriculture dans ce qui fait l’identité nationale.
Je suis d’autant plus heureuse d’être là qu’avec toi Jacques nous partageons bien des points communs.
D’abord celui, d’être toi le fils, moi la fille d’agriculteurs, d’avoir tous deux partagés le travail de la terre, d’avoir connu dans notre jeunesse, « une année bonne, l’autre non », de savoir que ce sont les femmes et les hommes qui par leur travail créent les richesses.
Ensuite d’avoir en commun cet engagement avec le monde agricole, un engagement sans flatterie, démagogie où le rapport au monde politique ne se réduit pas à des marchandages.
Ton engagement est fondé sur 3 principes : celui du respect de la dignité des femmes et des hommes, celui de la reconnaissance de leur travail, celui de considérer le monde agricole comme une des composantes essentielle de la société. A ce titre je veux souligner combien tu as participé à « ce que la question paysanne » et son avenir deviennent de vraies questions qui interroge au présent et pour demain l’ensemble de la société.
Enfin d’avoir en commun travaillé à la construction d’une nouvelle politique agricole au niveau régional.
Une politique fondée sur la mise en œuvre d’une vision nouvelle.
Je dois à la vérité, de te dire Jacques, combien alors que j’étais vice-présidente du Conseil régional, chargée de l’agriculture et de la forêt, ton arrivée comme président de la commission fut pour moi, un véritable bol d’air, toi qui venait avec toute ton expérience de la vie associative, tes engagements entre autre contre les OGM, toi porteur des questions d’énergie, de dimensions environnementales.
Toi Jacques avec ton engagement syndical, vrai, sincère, qui t’a conduit à participer à la création et à la vie de SUD.CAM avec une double responsabilité celle de la commission « banque finances » et celle des relations avec la Confédération paysanne ; engagement syndical qui aussi t’a valu d’être membre de la Chambre d’agriculture et de la MSA.
Toi Jacques avec ton engagement dans la vie politique, où dans ton mandat de Maire du Thor tu as porté des idées de progrès, de solidarité et posé des actes forts comme celui de Commune sans OGM.
Ainsi avec nos expériences, nos analyses, nous visions à avancer dans la voie d’une politique agricole répondant mieux aux besoins du moment, des exigences d’avenir.
Depuis longtemps je m’interroge sur les réponses à apporter à l’analyse et aux propos de Karl Marx : » Chaque progrès dans l’agriculture capitaliste est un progrès non seulement dans l’art d’exploiter le travailleur, mais encore de dépouiller le sol. Chaque progrès dans l’art d’accroître sa fertilité pour un temps, un progrès dans la ruine de ses sources durables de fertilité »
Toi, tu reprenais le questionnement avec Pierre Rabhi «  ne pouvant produire sans épuiser, détruire et polluer, le modèle dominant contient en fait les germes de sa propre destruction et nécessite d’urgence des alternatives fondées sur la dynamique du vivant ».
Ensemble nous avons travaillé, nous avons rencontré les femmes et les hommes qui font l’agriculture aujourd’hui, nous avons échangé autour de cette question de civilisation qu’ils vivent au quotidien.
Nous l’avons fait avec la volonté de construire en commun, non pas dans un consensus mou ou en imposant, mais avec l’idée que les différences d’approches ne sont pas des obstacles à condition de les assumer dans un projet commun porteur de l’intérêt général.
Là encore ton expérience, ta loyauté, ton sens du bien commun nous ont permis d’avancer.
Et je voudrai souligner comment la dimension du travail humain et son rapport à l’environnement a été prise en compte, en refusant l’opposition agriculture, préservation de l’environnement pour mettre en œuvre au niveau régional une agriculture productrice d’un environnement de qualité au travers de pratiques alternatives.
Loyal, inventif et disponible pour les autres ainsi est Jacques Olivier. Je n’aurai garde d’oublier une de ses qualités majeures, celle de son appétit, de sa gourmandise à vivre.
Il illustre parfaitement ce que Giono disait de la vie : « la vie de l’homme est une chasse au bonheur. Parmi ces bonheurs, l’exercice de la gourmandise est un des plus importants ».
Alors en terminant, je veux dire à Danièle, à ses enfants, et peut être encore plus à ses petits enfants, Oscar, Lisa, Dante combien ils peuvent être fier de Jacques Olivier, lui dont la mère était venue de ces vallées du Piémont italien et qui comme tant d’immigrés ont apporté toute leur force de travail, leur intelligence, leur humanité enrichissant ainsi notre patrimoine national.

AU NOM DU MINISTRE DE L’AGRICULTURE, DE L’AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT NOUS VOUS FAISONS CHEVALIER DU MERITE AGRICOLE.